Commerce durable – Collaboration avec Swiss Fair Trade

Les différents points de vue exprimés ont permis au public de se faire une idée de la complexité qu’implique un marché ouvert et durable.
•    Jürg von Niederhäusern et Christine Zwahlen de Migros ont donné des éclairages sur le processus de fabrication d’un bougeoir et l’application de la BSCI amfori.
•    Jörg Schmidt de la ZHAW a présenté les résultats d’une analyse d’impact de la mise en application de la BSCI.
•    Fabian Waldmeier (Max Havelaar) a évoqué différentes études d’impact externes sur le commerce équitable en soulignant l’impact de ce système sur les conditions de travail, la stabilité des revenus et la solidité des exploitations agricoles.
•    Sascha Tarli et Urs Wigger du canton de Berne ont expliqué le fonctionnement de l’approvisionnement durable du canton de Berne et ont présenté leurs exigences en matière de normes et de labels

Das Panel et Worldcafé et les autres invités Sybil Anwander (BAFU), Beat Jans (SP) et Fabian Waldmeier et Christian Ewert (Président d’amfori) ont souligné qu’un travail de traduction était encore urgemment nécessaire entre les services administratifs et entre les entreprises et les consommateurs pour que les chaînes d’approvisionnement durables puissent affirmer leur position sur le marché et être davantage valorisées. 

Défis et impact
Migros, entreprise populaire et durable, est un sujet d’envergure nationale dont l’impact est limité sur le marché mondial. Dans le même temps, avec plus de 35 000 produits et 900 producteurs, la transformation de la chaîne d’approvisionnement demande un travail considérable. Pour obtenir des résultats durables, il est donc indispensable de passer par un système reconnu comme la BSCI amfori, qui permet de gérer les producteurs conjointement avec d’autres concurrents. Atout important: cela représente un gain de temps et d’argent, pour les détaillants comme pour les producteurs. La collaboration entre entreprise et producteur est essentielle pour renforcer l’impact de la politique.
La ZHAW a lancé une analyse indépendante afin d’évaluer l’impact réel de la BSCI et, au final, de déterminer le capital social d’une entreprise. Point intéressant ici: une collaboration efficace entre producteur et détaillant permet d’obtenir un impact significatif.

Un dénominateur commun: la collaboration 
L’étude de Max Havelaar montre clairement que la création d’un réseau et d’une communauté est la solution la plus efficace pour renforcer les maillons les plus faibles de la chaîne de valeur et leur permettre de gagner en solidité. Néanmoins, un prix d’achat plus élevé, et donc la volonté des consommateurs de payer ce prix, sont des éléments absolument indispensables pour améliorer la qualité de vie des agriculteurs. Il reste donc capital de mettre en avant ce point.
Les marchés publics du canton de Berne représentent un rayon d’action important: chaque année, 40 milliards de francs sont attribués aux marchés publics de Suisse, soit environ 6% du PNB. Pour avoir un impact durable, ici aussi une meilleure collaboration (par exemple avec l’OFEV) est essentielle, et est même urgemment requise, dans la mesure où les outils et directives des deux niveaux ne sont pas suffisamment connus (mutuellement). 

La notoriété et la simplicité, facteurs clés pour atteindre les objectifs communs
Cette soirée nous a permis de conclure que les éléments suivants étaient indispensables: 
1.    Une promotion active des solutions sectorielles (amfori, priorité aux matières premières, p. ex. avec l’OFEV) et
2.    Créer des coopérations internationales en matière d’approvisionnement pour les entreprises et organisations afin de faire des critères de développement durable des facteurs d’achat de poids sur le marché.
3.    Influencer les politiques de développement durable (p. ex. avec la révision de la loi sur les marchés publics LMP et avec des activités communes entre organisations et entreprises) et ainsi également récompenser le comportement durable des entreprises.
4.    Remettre en question les relations de partenariat avec les fournisseurs et producteurs et mesurer l’efficacité des activités.
5.    Permettre aux décideurs et consommateurs de faire le bon choix: création de la chaîne de valeur d’un produit, qui gagne combien, quelles sont les différentes étapes? Mais aussi faciliter la manipulation sur les étals et mettre en avant les motivations des marques connues en termes de développement durable et les utiliser comme ambassadrices.

Nous avons été ravis de constater que l’échange que nous entretenons depuis de nombreuses années avec Swiss Fair Trade a également contribué à la naissance d’un esprit commun positif et d’une volonté d’aller plus loin. Un autre événement est prévu début 2020 pour approfondir le sujet. Par ailleurs, les priorités précises et les projets éventuels en vue d’un renforcement de notre collaboration, et de notre impact commun, feront l’objet de discussions au cours des prochains mois.

Présentations à télécharger

Migros

ZHAW

Max Havelaar

Kanton Bern